• Le Hibou Frappeur (C)

    ContesBonjour amis lectrices et lecteurs, je vous propose, en plus de mes souvenirs, la lecture de quelques contes que j’ai écrits en m’inspirant de la vie rurale d’antan, j’espère qu’ils vous plairont, voici le premier, j’aimerais avoir votre avis, merci.

     

    Le Hibou frappeur

     

    Guillaume se dressait sur son lit comme un ressort.

    -T’as entendu, on a frappé aux volets !  Fernande se retournait et grognait,

    -Voilà qu’tu fais des cauchemars maintenant ».

    Quand sa femme dormait, Guillaume évitait pourtant de la réveiller car elle était de mauvaise humeur. Il tendait l’oreille, plus rien, ce devait être dans son rêve.

    Le lendemain matin, Guillaume interrogeait sa fille.

    -T’as rien entendu, sur le coup de dix heures ? 

    Huguette était comme sa mère, le matin, il était préférable de ne pas la bousculer.  

    - La nuit, moi je dors.

    La nuit suivante, à nouveau des coups répétés.

    -C’est chez la gamine.

    Cette fois Fernande avait entendu.

    -Oui, t’as raison, regarde-voir ».

    La fenêtre de la chambre d’Huguette donnait sur le côté, pas facile de voir.

    -Allez dors mon Guillaume, demain une grande journée nous attend.

    Un jour important chez les paysans, ils tuaient le cochon.

    L’esprit frappeur ne s’était plus manifesté pendant trois nuits et voilà que ça recommence.

    Guillaume questionnait sa fille.

    -Cette fois ne me dis pas que tu n’a rien entendu »

    Huguette souriait béatement et s’étirait comme une chatte. « Comme sa mère au début de leur mariage, quand les nuits étaient animées », pensait Guillaume « Faudra qu’on pense à la marier ».

    La nuit suivante, à nouveau des bruits, Guillaume se levait prestement et frappait à la chambre de sa fille.

    -Tu as entendu cette fois » ?, questionnait le père à travers la porte.

    -Oui, j’ai regardé, c’est un hibou, avec des gros yeux, il m’a fait peur ! »

    Le calme était revenu à la ferme, le hibou frappeur avait probablement changé de quartier.

    Un soir, en revenant de chez les Feuillette où il avait tiré un veau, Guillaume aperçoit une forme noire collée au mur de la grange. Courageux, il fonce sur cette ombre qui s’échappe en agitant sa pèlerine et en hululant.

    J’ai vu ton hibou hier soir ma fille, est-ce qu’il sort aussi le jour ce nocturne, dis-lui qu’il vienne me voir, j’aimerais lui causer.

    Huguette sautait au coup de son père.

    -Il doit venir avec des gants blancs » ?

    - Il n’a jamais pris de gants pour venir dans ton lit je suppose.

    Le jour du mariage, Fernande clamait partout que sa fille avait réellement droit à sa robe blanche.

    -Pas comme certaines.

    Guillaume riait sous cape, il savait qu’un hibou avait trouvé sa fille chouette.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :